La face cachée de la médecine

Hey ! 

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouvel article où je vais vous dévoiler 4 aspects de la médecine que je n’avais pas imaginé en m’engageant dans cette voie.

Avec le cancer qui m’a touché quand j’étais plus jeune, je ne peux pas dire que la vie hospitalière était un secret pour moi avant d’entamer mes études de médecine. Quand j’étais malade, j’adorais (vraiment!) passer des heures dans le bureau des infirmières à papoter et jouer avec elles! J’avais d’ailleurs gardé des « Polaroïds » d’elles quand je suis partie de l’hôpital. 

Finalement, on peut dire que j’étais plus familiarisé avec le milieu paramédical qu’avec le milieu médical! Quand j’ai fait mon premier stage à l’hôpital en tant qu’étudiante en médecine, j’ai très vite découvert de nouvelles choses que je n’aurais jamais soupçonné !

 

médecine

Image parrawpixel de Pixabay.

 

L’aspect social de la prise en charge en médecine

Ce fut la première chose, je crois à laquelle j’ai été confronté en tant qu’externe. 

En m’engageant dans la médecine je n’avais pas réalisé toute l’importance de cet aspect social dans la prise en charge d’une personne. 

Une personne ce n’est pas seulement une maladie, c’est aussi un mode de vie, un niveau social, des difficultés sociales au niveau de la couverture par l’Assurance Maladie… J’ai eu affaire à beaucoup de personnes en situation précaire au cours de mes différents  stages et je ne m’attendais pas à tant de misère humaine.

Un réfugié politique, un Sans Domicile Fixe, un sans papiers, un étranger en vacances, sont tout autant de personnes dont il faut assurer non seulement la prise en charge médicale mais également la prise en charge sociale ! 

Heureusement que nos sauveurs/sauveuses, les assistants/assistantes sociales, sont là pour nous donner un coup de main dans toutes les démarches administratives ! 

 

Les gestes techniques en médecine

Avant de m’engager dans les études de médecine, je savais que la médecine était un métier intellectuel. En arrivant dans ces études, j’ai découvert tout l’aspect aussi technique de ce métier. Et c’est sans compter les chirurgiens, où les techniques opératoires sont l’essence même de leur métier. 

J’ai donc, au fur et à mesure des stages, découvert tous ces gestes techniques qui ponctuent le quotidien intellectuel de ce métier. J’ai commencé avec des gestes tout simple comme les tests d’allergologie ou encore la réalisation d’un électrocardiogramme. Dès la troisième année d’étude, on est poussé à faire des gestes de plus en plus sophistiqués comme les points de sutures, les biopsies de peau, les ponctions d’ascite, ou encore les ponctions lombaires… J’apprécie tous ces petits gestes, bien que je ne soit pas la personne la plus habile de ses mains. En effet, je trouve qu’ils permettent une certaine évasion dans la routine. 

 

La relation avec les équipes paramédicales

Moi qui ai été très proche des personnels paramédicaux dans mon enfance, je dois bien vous avouer que j’ai pris des petites douches froides durant mes stages à l’hôpital. 

J’ai été très surprise et parfois choquée par la froideur de certaines personnes de l’équipe paramédicale. Heureusement, j’ai rencontré des infirmiers, aides-soignants, kinés, assistantes sociales, psychologues absolument géniaux! 

En fait, j’ai pu constater que parfois les membres de l’équipe paramédicale partaient avec des aprioris sur moi (et plus généralement sur les externes/étudiants en médecine). C’est un fait et je ne peux pas leur en vouloir car il y a forcément une raison à ça. 

J’ai appris qu’il ne fallait pas se « braquer ». Si des personnes ont des aprioris, mon but sera tout simplement de leur prouver que je suis différente de ce qu’elles pensent,  et ainsi, rétablir un climat de confiance et d’équipe entre étudiant et personnel paramédical.

Aussitôt dit, aussitôt appliqué, j’essaie où qu’aille en stage de casser tous les aprioris qu’on pourrait avoir sur moi, et je dois dire que ça marche plutôt bien! Cette technique me permet tout simplement d’appréhender mon stage plus sereinement. 

Et quand à la fin de mon stage, j’ai le droit à une petit phrase comme: « Ne change pas, même quand tu seras médecin. » , vous pouvez pas imaginer comme je suis heureuse! 

 

Les remerciements des patients en médecine 

C’est quelque chose qui me touche beaucoup et à laquelle je ne m’étais pas vraiment préparée. Juste un « merci » ou  « merci pour votre sourire », peuvent rendre ma journée magnifique. Je ne suis pas encore médecin donc je ne m’attendais à rien recevoir de la part des patients mais en fait, on reçoit tellement. C’est incroyable. Un regard ou un sourire, sont autant de petites attentions qui me prouvent au quotidien que j’ai une chance incroyable d’étudier la médecine. 

Ça va peut être vous paraitre ridicule mais c’est justement ces remerciements et ce contact avec les patients qui me permettent de tenir dans ces études si difficiles. 

 

Voilà, je vous ai livré les aspects de la médecine que j’ai découvert, et je suis persuadée que je découvrirai encore bien d’autres!

En vous souhaitant le meilleur, 

 

 

médecine

2 Commentaires

  1. Sellez
    30 novembre 2019 / 07:37

    Bonjour ,
    Papa d’une étudiante de troisième année ,j’ai apprécié ces conseils criant de vérité et très clairement énoncés.
    Bravo

    • Mélanie
      Auteur
      30 novembre 2019 / 10:02

      Je suis ravie que cet article vous ai plu !
      A mon sens, il est important de mettre des mots sur ce que l’on vit au quotidien.
      Bon courage à votre fille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

0   44
0   37
3   43
0   26

Follow on Instagram