5 astuces pour surmonter le stress et la pression

Hey! 

Lors des études de médecine, on est constamment soumis au stress et à la pression de la part des médecins « sénior » et de l’administration. Et à tout cela vient s’ajouter le stress que je me mets à moi-même.

J’ai beaucoup souffert de ce stress lors de ma première année de médecine. Au fur et à mesure des années j’ai appris à vivre avec ce stress. J’ai compris qu’il ne servait à rien de le combattre, il vaut mieux essayer de le manipuler. Mon but est d’essayer de transformer stress et pression en motivation (c’est tellement difficile!). Il m’arrive parfois de me sentir submergée par la quantité de travail qu’on nous demande et la somme de choses à retenir, et de sentir que je perds le contrôle. Quand ça arrive, j’essaie de mettre en place quelques petites choses dont je vais vous parler. 

zen

 

 

1. Faire du sport 

Je n’ai pratiqué aucun sport durant mes deux années de PACES  et honnêtement je l’ai très mal vécu. Quand j’étais au lycée, je pratiquais le canoë-kayak en compétition, donc on va dire que j’étais plutôt sportive. Et puis quand j’ai su que j’allais rentrer en faculté de médecine pour tenter le concours, j’ai décidé de tout arrêter. En fait, je m’étais auto-persuadé que c’était une perte de temps et d’énergie. A coté de ça, j’ai fait des sortes de crises d’angoisse parce que j’avais aucun moyen d’évacuer le stress… 

Avec le recul, je pense que ce n’était pas la solution de se priver de sport. Donc si j’ai un conseil à donner à toutes les personnes sportives qui veulent tenter un concours ou passer un examen qui demande beaucoup de travail, ne vous privez surtout pas de sport!

A la rentrée en 3ème année de médecine, j’ai bien compris qu’il manquait quelque chose à mon équilibre de vie. Le premier pas vers la salle de sport a été assez long à faire, je peux vous le dire ! 

Une fois les premières courbatures passées, tous mes automatismes sont revenus et j’ai repris du plaisir à faire du sport en salle ! Comme une bouffée d’air frais…

Alors oui après une journée de cours ou une journée de stage, c’est parfois dur de se motiver. Depuis 2 ans maintenant, j’essaie de pratiquer au moins 2 séances d’une heure par semaine. C’est pas beaucoup mais c’est mieux que rien! C’est le rythme qui me convient, à vous de trouver le votre 🙂

Et surtout faites un sport qui vous plait! Que ce soit du running, du fitness, de la danse, du judo, choisissez un sport qui vous procure du plaisir!

 

 

2. Faire un planning 

Je fais partit de ces personnes (hyper) organisées. Faire un planning me rassure beaucoup. Il me permet de : 

  • avoir une vision globale de la semaine voire des semaines à venir. 
  • équilibrer temps de travail/temps de repos ou détente 
  • me fixer des objectifs 

Très souvent quand j’ai fini de réaliser mon planning, je suis rassurée. Le fait d’avoir cette vision globale me permet de moins ressentir cette sensation d’être devant une montagne infranchissable de choses à faire. Faire des petits plannings sur quelques jours seulement, permet faire les choses « step by step ». 

En parallèle, j’aime beaucoup faire des « to do list » (j’en fait sans arrêt et pour tout). Je peux autant faire une liste de course, qu’une liste de cours à voir, une liste des choses que je dois faire à l’appartement, une liste des rendez vous que je dois prendre etc…

 

medecine 

 

 

3. Faire quelque chose qu’on aime pour faire redescendre la pression

Parfois, la pression est tellement intense que je me sens comme tétaniser. C’est le genre de moment où je n’arrive plus à rien. Alors là aussi j’ai appris à ne pas m’acharner inutilement. Quand je n’arrive pas à travailler, quand je sens que mon cerveau part ailleurs à chaque fois que j’essaie de me concentrer, je comprends que c’est le moment de faire une pause. 

Je pense qu’il n’y a pas de règle, il faut simplement prendre du temps pour soi quand on en ressent le besoin. Il faut savoir dire « stop » quand on ne se sent plus acteur de notre propre vie. 

Pendant longtemps j’ai été de ceux qui restent des heures devant leur bureau à essayer de travailler alors que c’était peine perdue. Maintenant je fais des vrais pauses où je sors de ce (foutu) bureau! 

Le plus dur a été de trouver quoi faire pendant ces moments où j’ai besoin de faire redescendre la pression. Scroller des heures sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos débiles sur Facebook ou Youtube, faire de la pâtisserie, faire le ménage, faire du sport (cf paragraphe 1!) sont tout autant de choses qui permettent de se vider l’esprit. Je ne vais pas rentrer dans un débat pour vous dire si telle ou telle méthode est mieux qu’une autre. Simplement, je vous conseille de trouver quelque chose qui vous fasse vous sentir bien une fois que vous l’avez réalisé.  

 

 

4. Parler de son stress à quelqu’un

J’ai la chance incroyable d’avoir un chéri patient et à l’écoute de tous mes problèmes et mes interrogations. Je me confie aussi beaucoup à ma famille et à mes amies. A mon avis, il est absolument indispensable d’avoir au moins une personne à qui on peut se confier. 

Chaque personne, avec son expérience et son vécu peut vous aider à apporter un regard nouveau sur la situation. Même si cette personne ne travaille pas dans le même milieu que vous, vous pourrez être surpris du nombre de situations similaires que vous pourrez rencontrer. 

 

 

5. Relativiser, et penser positif   

Relativiser est la chose la plus dure que j’ai à faire en ce moment dans mes études. J’ai énormément tendance à dramatiser les situations. Petit à petit, grâce à toute la bienveillance que j’ai autour de moi, j’apprend à me convaincre qu’une situation n’est pas si grave… 

L’échec fait partit de la vie et il faut savoir l’accepter parfois. Un échec permet de rebondir, d’avancer, de tirer des leçons. Comme beaucoup je pense, j’en ai peur et c’est normal. J’essaie simplement que cette peur de l’échec ne se transforme pas en stress néfaste.

Comme dirait ma grand-mère: « Il n’y a pas mort d’homme?  – …  – Bon alors c’est pas grave! »  

 

En espérant que cet article puisse vous aider, je vous souhaite le meilleur,

 

stress

 

 

2 Commentaires

  1. Jean-Luc
    27 novembre 2019 / 18:02

    Ma chère Mélanie tes conseils sont averti et intéressant

    • Mélanie
      Auteur
      28 novembre 2019 / 14:56

      Je suis ravie que mes conseils te plaisent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

0   44
0   37
3   43
0   26

Follow on Instagram